Introduction 16

Déjà à l’époque coloniale, la moitié des villages étaient pour une grande part regroupés en clusters artisanaux :
• une forte concentration de villages du textile dans le Nord (district de Hoài Dite) ;
• des villages spécialisés dans les chapeaux coniques, les manteaux de pluie et dans une moindre mesure la vannerie
dans le Centre Sud (Thanh Oai) ;
• de nombreux villages de charpentiers itinérants, les thd môc, dans le Sud ;
• les brodeurs au Sud-Est dans le district de Thifông Tin ;
• quelques villages de laqueurs et d’incrusteurs de nacre sur bois dans le Phu Xuyên.
Les activités agro-alimentaires sont dispersées un peu partout dans la province et sont très diversifiées (décortiqueurs de riz ou hàngsâo, producteurs d’alcool, fabricants de nouilles de toutes sortes ou de pâtés de soja ou de riz). Les autres villages étaient dispersés dans l’espace selon des logiques de diffusion qu’il n’est possible d’expliquer qu’au cas par cas, à travers les mythes de fondation (voir carte p. 32). Les phénomènes de diffusion des activités, les heurs et malheurs de chaque village, le rôle des ancêtres de métier ont créé une géographie des villages artisanaux très complexe.
A l’époque coloniale, le textile était prépondérant dans cette province : 20 000 ouvriers sur un total de 54 000 recensés dans le delta, 4 500 dentellières, plus de 6 000 tisseurs de cotonnades de toutes sortes et plus de 4 000 producteurs ou filateurs de soie. Les villages cotonniers confectionnaient des habits, des serviettes éponges ou des ceintures. Chaque artisan était spécialisé dans un type de produits, mais un même village pouvait regrouper des producteurs de cotonnades, de soieries grossières, de dentelles ou de filets de pêche… C’était une activité essentiellement féminine.
En 1930, on comptait dans la province de Hà Tây (formée alors de Hà Dông et de Son Tây), 37 villages spécialisés dans les cotonnades et leurs dérivés et 25 filateurs de soie ou producteurs de soieries. La moitié de ces villages était regroupée dans le district de Hoài Dite et ses alentours (34 villages). Près de Hà Dông se trouvait le cluster de la soie composé de sept villages en La (La Phù, La Khê, La Nôi, La DifOng, La Câ, Dông La, Y La) et 3 en Mô (Itinéraire 4). Les autres villages étaient localisés au nord et au sud de ce grand centre du textile. Les brodeurs étaient, et sont toujours, regroupés autour de Quât Dông, le village mère, dans le district de Thifông Tin. Cette activité se porte plutôt bien. Elle a été portée et dynamisée par les coopératives à l’époque collectiviste, et malgré de graves soubresauts au début du Dô’i Mâi, faute de marchés ciblés, il reste plus d’une cinquantaine de villages de brodeurs dans la province de Hà Tây (Itinéraire 6).

A voir: agence sejour vietnam | Ninh Binh
Que reste-t-il des villages de filateurs et de tisserands de l’époque coloniale? Dans le district de Hoài Dite: et ses alentours, il n’en reste plus que 11 – principalement spécialisés dans les cotonnades de qualité moyenne destinées au marché local, et deux villages de producteurs de soie – tandis que les autres ont complètement arrêté l’artisanat ou se sont recyclés dans une autre activité, l’agro-alimentaire pour la plupart autour de Càt Que, Minh Khai et Difdng Liëu (Itinéraire 9). Les nouvelles activités textiles qui parviennent à se diffuser dans les villages limitrophes se sont mécanisées et certains villages, comme La Phù (Itinéraire 4), embauchent une main-d’œuvre nombreuse.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply