Introduction 4

Autour du lac de l’Ouest, se trouvaient de nombreux quartiers villageois, lesphtiüng. Les uns cultivaient des légumes (Nghi Tàm et Quâng Ba) ou des fruits, pour alimenter la cour en produits frais ; d’autres (Yên Phu) fabriquaient des images peintes ou fondaient du bronze (presqu’île de Ngü Xâ, sur le lac des Bambous Blancs, Ho Truc Bach). Les quartiers de la rive occidentale du lac de l’Ouest étaient célèbres pour le tissage de la soie ordinaire {Bdi An), de la soie noire ( Vông Thi) et des brocards ( Trich Sài) (Papin P., 2001). Nghi Tàm, Nghîa Dô, Thanh Tri et Thuy Ai au sud de Hà Nôi se distinguaient par l’élevage des vers à soie.

D’autres vivaient de la florissante industrie du papier tels Yên Thâi, Hô Khâu et Nghîa Dô; ils se trouvaient sur la rive méridionale du lac et près du Pont du Papier (Câu Giây). Le quartier de Yên Thai ou Bii’ôi, à l’origine spécialisé dans le papier d’usage courant, a peu à peu diversifié sa production. Vers la fin du XVIe siècle, on se mit à fabriquer un papier de très haute qualité qui était vendu à la cour impériale (Papin P., 2001). Ces activités s’étaient développées près du lac car la fabrication du papier nécessitait beaucoup d’eau et bénéficiait de la proximité de la rivière Tô Lich, artère fluviale privilégiée pour les échanges entre le fleuve Rouge, Hà Nôi et la province de Hà Tây.

A voir: agence de voyages vietnam | Ninh Binh

Le système d’échange entre la capitale impériale et les villages de la proche « banlieue » et du delta a permis l’élaboration d’un processus d’urbanisation des campagnes et l’essor économique de HàNôi. Dans un rayon équivalent à une journée de marche de la capitale, il y avait tout un réseau de marchés régulièrement fréquentés par des commerçants qui exerçaient aussi dans la capitale (Nguyën Thùa Hÿ, 2002). Grâce à ce système, la sphère d’influence de la ville s’étendit alors que, jusque-là, l’essor commercial avait été bridé par les monarques. Une intégration commerciale des campagnes et du pays s’effectua ainsi autour de l’activité du « quartier des 36 rues ». En raison de sa localisation privilégiée au carrefour des axes fluviaux, le fleuve Rouge, la rivière Tô Lich et la rivière Kim Ngifu (Hà Tây), il était au centre des échanges régionaux, puis internationaux (Nguyën Thùa Hÿ, 2002). Cette intégration était à double sens, et elle perdure jusqu’à maintenant :
« La campagne a certes nourri la ville, mais l’argent de la ville, grâce aux liaisons commerciales très tôt établies entre la capitale et les villages du delta, est allé irriguer les campagnes, d’abord sous forme de commandes, puis un peu plus tard, parce que.les migrants ont réinvesti dans leurs villages d’origine les capitaux acquis en ville » (Papin P., 2001).
Surtout, les artisans et les commerçants installés dans les « 36 rues » maintenaient un lien avec leur village natal où ils pouvaient bénéficier de lots de terres communales périodiquement distribuées (Papin P., 2001). Ils faisaient régulièrement des dons pour construire des temples et des maisons communales dans leurs quartiers urbains en souvenir de leur village d’origine (Nguyën Thùa Hÿ, 2002). Ces édifices religieux et sociaux existent toujours pour la plupart, même si certains ont été investis par des activités commerciales ou pour la résidence.
Lorsque la cour royale déménagea à Hue, en 1806, les ateliers artisanaux étatiques déclinèrent. Le contrôle de l’artisanat par l’État se desserra et encouragea le négoce et l’artisanat privé. La participation des marchands chinois accéléra la prospérité du commerce et de l’artisanat hanoïen dès le début du xixc siècle (Nguyën Thùa Hÿ, 2002), notamment grâce à l’exportation vers leur pays d’origine. À la fin du xixc siècle, selon un rapport présenté à la cour de Huê’ « les 9/10 des cocons de soie produits dans le village de La Khê étaient exportés vers la Chine ». Ces commerçants intervenaient aussi dans le commerce du papier produit dans les villages du lac de l’Ouest en vendant à crédit l’écorce de dô et en se faisant payer en produit fini (Nguyën Thifa Hÿ, 2002).

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply