Voyage aux villages de métier au Vietnam 106

OBJET NON IDENTIFIÉ
Pour fabriquer un non, il vous faut cinq matières premières :
La forme ou khuôn en bambou, autour de laquelle vous allez construire votre chapeau. Cet objet conique (cela va sans dire) est fait avec du bambou de Hoa Binh (le meilleur) et il est assurément façonné au village de Vac (ou Lua), le seul village producteur de khuôn de la province, à trois kilomètres de Chuông dans la commune de Dân Hoa (où probablement vous irez très prochainement (même itinéraire, cherchez les fabricants d’éventails). A Hué, on fait des khuôn en bois mais pas ici, non. Faire des khuôn, c’est un métier en soi (il faut longuement tremper le bambou avant de le plier, etc.), mais puisque chaque khuôn sert en moyenne de 10 à 20 ans, les débouchés semblent assez limités.
Les cercles de bambou (Hà Thanh) qui font l’ossature du chapeau : 16 à Chuông contre 20 dans les provinces du Centre (Thanh Hoa, Nghê An…), soigneusement polis, finement raccordés et gentiment fournis (contre une rétribution modique) par le village de Dôn Thu (encore dans la commune de Kim Thii : rassurez-vous, ce n’est pas loin). Vous placez les cercles concentriques sur le khuôn.
Les feuilles de latanier {là co ou là non), qui provenaient autrefois de Hoa Binh (sans doute les meilleures et à seulement 50 km) ou de Quâng Hoa, mais maintenant voyagent en camion de Thanh Hôa, Nghê An, ou même du Laos. Vous allez devoir les sécher au soleil pendant deux ou trois jours, puis les aplatir avec un fer chaud. C’est l’opération la plus délicate de toutes.
Une couche de bambou {mo\ en provenance de Hâi Giang, qu’on intercale entre les feuilles de latanier.
Les fils en nylon : on les trouve principalement à Hô Chi Minh Ville (alors là, c’est vraiment loin !). Autrefois, les fils étaient en fait des fibres d’osier provenant du village de Liiu Thiiüng à côté (voir aussi plus loin sur ce même itinéraire). On a tout ce qu’il faut maintenant pour procéder à l’assemblage et la couture.
Si vous voulez éviter tous ces déplacements, dépêchez-vous de faire comme les autres : rendez-vous au marché de Chuông (voir « Promenade dans Chuông »), où vous aurez la chance de trouver toutes ces fournitures dans un seul endroit. Après quelques années d’apprentissage et quelques semaines de travail acharné, vous aurez d’ailleurs un petit stock à rapporter et à vendre au même marché.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply