Voyage aux villages de métier au Vietnam 118

LA PAGODE TRÀM
COMMENT Y ALLER ?
On se dégage de PhüOng Bân par le même chemin ; retour au banian à droite. On quitte le village pour s’engager sur la route-digue goudronnée, prenant la direction des monts karstiques, les contournant sur la droite. On passe près d’une petite pagode sur un mont, puis on prend à gauche. Au bord d’un large plan d’eau se trouve la pagode Long Tien, au pied de la montagne et dans la grotte, la pagode Long Tiên Dông, ou Hang (grotte), ou pagode Tram.
Au pied de la montagne Tü Tram, il y a une grotte appelée Long Tiên Bông dans laquelle a été édifiée une pagode. On y trouve une collection de 48 statues datant de la dynastie des Lê, représentant les vertus de Bouddha ainsi que des guerriers. Tout ce beau monde vit au milieu des stalactites et stalagmites qui suintent d’eau parmi de magnifiques voûtes naturelles… Des poèmes gravés dans la pierre chantent la beauté du lieu. Devant chacune des statues, qui dateraient du XVIIe siècle, il y a un petit autel et un brûle-parfum en pierre finement gravé d’où émanent les volutes de fumée de l’encens. Des gongs, des cloches et des tambours sont accrochés aux parois. A l’entrée de la grotte, on remarquera une tortue en pierre avec un poème gravé en lettres chinoises sur sa carapace. À gauche des autels de Bouddha se profilent d’autres grottes en enfilade, dont celle du Dragon, avec son ruisseau du Dragon et le puits de Jade. Selon la légende, les mamelles de Dragonnes donnaient du lait qui pouvait guérir toutes les maladies, mais vu que logiquement, ceux qui arrivaient à en téter étaient instantanément consumés par le feu, cela devait leur faire une belle jambe.
Une histoire bien plus contemporaine et vérifiable raconte que le futur président Hô Chi Minh est venu lui-même se recueillir et allumer quelques bâtons d’encens dans cette pagode… Et il paraît que pendant les premiers jours de 1947, le tout début de la résistance contre les Français, la Voix du Vietnam (la radio nationale) émettait son message insoumis à partir de cette même grotte.

Voir plus: Circuit vietnam hors de sentiers battus | Excursion tam coc cat ba 5jours | voyage vietnam cambodge pas cher | Circuit Vietnam 10 jours

LA PAGODE TRÂM GIAN (« LA PAGODE AUX CENT TRAVÉES »)
COMMENT Y ALLER ?
Après la sortie de la pagode Tram dans la grotte, revenir sur vos pas et prendre la route goudronnée à gauche. Un panneau vous indique le cap à maintenir pour atteindre la pagode Tram Gian à travers ce pan de mer asséchée : dix encablures vers le ponant lumineux (ou, si vous préférez, deux kilomètres vers l’ouest)…
Entourée de magnifiques arbres (pluri-) centenaires, perchée sur une colline appelée Nui Chùa (la Montagne de la Pagode) dans le beau village de Tien Lû (commune de Tien PhifOng), voici la pagode Quâng Nghiêm, Tiên Lü – ou Tram Gian, (aux Cent Travées), son nom le plus imagé. Selon certains documents1, elle aurait été construite en 1185 sous le règne du roi Lÿ Cao Tông, mais a manifestement été rénovée depuis à plusieurs reprises.
Le nom populaire de cette pagode provient du fait que si on considère l’espace entre quatre colonnes comme une travée, elle en contient… 104 (mais cent tout court, ça sonne mieux), réparties dans trois ensembles architecturaux. Le premier de ceux-ci comporte deux pavillons. L’un est pour abriter les jeux d’échecs vivants lors des jours de fête ; l’autre est appelé Gia Ngii (endroit pour stationner le carrosse impérial : une traduction contemporaine serait « le garage »). Il fait face à l’étang des lotus ; à partir d’ici, assis dans son palanquin pendant les festivals, la statue de Saint Bôi peut « assister » aux spectacles de marionnettes sur l’eau. On y trouve de nombreuses stèles, sentences transversales et sentences parallèles, dont une (du XVe siècle) est richement incrustée de nacre (voir Itinéraire 6, p. 235).
Vous devez maintenant monter quelques centaines de marches afin d’atteindre la deuxième étape architecturale dans une cour parmi les arbres vénérables, comprenant un clocher à deux étages et à huit toits, l’un des plus beaux de la région, datant du début du XVIIe siècle. On peut également admirer les charpentes en bois richement sculptées de dragons. Encore quelques marches supplémentaires (en pierre bleue), et vous arrivez au troisième groupe de bâtiments, qui constituent la pagode principale : le hall des cérémonies, la salle des brûle-parfum et le sanctuaire supérieur.
Vous y trouverez, suspendus à l’autel des patriarches, un tambour d’un mètre de diamètre et un grand gong en bronze du XVIIIe siècle et, tout autour du temple, plus de 150 statues, en général en bois laqué, d’autres en terre cuite et certaines même, enturbannées de tissu laqué, sont tressées en rotin, (annonçant le métier des villages à venir sur cet itinéraire). On remarquera la statue de Saint Bôi dans son coffre en bois (voir encadré p. 273). L’une des autres statues est indiquée comme étant celle de Dâng Tien Dông, un général de la révolte de Tây Son, qui assiégea et réussit à « libérer » Hà Nôi (Thâng Long, à l’époque).

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply