Voyage aux villages de métier au Vietnam 14

Si vous voulez continuer la visite des producteurs de gidy dô, retournez au marché et prenez la rue qui part à gauche. Cette rue mène au nouveau site industriel en traversant tout le cœur du village. La rue est bétonnée, pas très belle, mais les transversales mènent à des petites maisons nichées au fond des venelles. De-ci, de-là, on voit dans les cours des bassins inutilisés où l’on trempait 1 écorce de dô autrefois. Dans la dernière ruelle sur la gauche avant d’arriver à un petit diêm (temple) se trouve la maison de M. Ngô Diïc Dieu, artisan assez âgé et reconnu qui possède chez lui un document datant de 1435 mentionnant l’activité du papier dans le village.

• maintient cette activité, mais ses fils, eux, s’adonnent à la fabrication du papier industriel dans le site industriel.
Puis, avant de sortir du village ancien, sur la droite, dans une maison ancienne, une femme fabrique du gidy dô avec un mélange de papier de récupération et du dô. Ce papier dô de mauvaise qualité- est utilisé par les martelcurs d’or de Kiêu Ky, un village à côté de Bât Tràng (le célèbre village des potiers au bord du fleuve Rouge). Kiêu Ky et ses marteleurs font partie de l’Itinéraire 2. Cette femme (comme deux autres dans un hameau plus éloigné du cluster) achète du papier à recycler, elle le fait écraser dans un autre atelier, puis le mélange dans l’eau avec les écorces de dô. Elle fabrique 1 000 feuilles par jour et, pour 100 feuilles, elle ne demande que l’équivalent de 20 000 VND ! On ne doit pas lui donner beaucoup de feuilles d’or en échange des feuilles de papier…

Puis, si vous desirez visiter Châm Khê, prenez la rue à gauche au carrefour. Vous passez devant le Comité populaire de la commune. Puis entrez dans Dào Xà, ce village de papetiers, coupé en deux par le passage du pont de l’autoroute qui mène à l’aéroport de Nôi Bai. Au bout d’un kilomètre, vous arrivez à Châm Khê. Le papier recyclé est beaucoup employé dans la fabrication des spécialités du village : les objets votifs et les éventails. Cherchez par exemple des ateliers qui fabriquent des « faux billets » de 100 dollars ou de 50 000 VND, brûlés par l’acheteur afin de les « faire passer » aux morts pour qu’ils puissent arrondir leurs fins de mois dans l’au-delà. Les difficultés des autres mondes seraient-elles du même ordre que celles du nôtre?

A voir: circuit au vietnam et cambodge | chez l’habitant vietnam tours | baie d along terrestre | voyage 3 semaines vietnam

Si vous ne faites pas le détour par Châm Khê, au carrefour continuez tout droit. À droite se trouve un puits, appelé le puits de la fée,giéng tiên. Il a été restauré et agrandi en 2004. À l’origine, il servait à abreuver la population du quartier, maintenant ce n’est que pour la décoration. Sur le côté du puits il y a un petit autel des ancêtres. Puis, dans le petit site industriel informel sur la gauche de cette rue très encombrée et bruyante, cherchez Mme Ngô Thi Thu qui, parallèlement à la fabrication mécanique de papier kraft et autres papiers, produit 1 000 feuilles de papier do de haute qualité par jour.

Et puis, si vous n’avez pas peur des effluves de chlore et du bruit des usines, nous vous conseillons d’aller faire un tour dans le grand site industriel, au bout de la rue à gauche, où la plupart des grandes entreprises se sont regroupées.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply