Voyage aux villages de métier au Vietnam 17

Fragments d’un discours amoureux
Le quan ho est un chant traditionnel né vers le XIIIe siècle dans la province de Bac Ninh. Il prend la forme de duos amoureux entre hommes et femmes et entre habitants de villages différents, en chant alterné a cappella, puisant dans un riche répertoire traditionnel, obéissant à des règles musicales strictes, mais laissant place à des improvisations parolières.

Le quan ho, considéré comme un sommet de l’art populaire du delta, est encore pratiqué dans une cinquantaine de villages regroupés dans l’ancienne région de Kinh Bac. Les chanteurs expérimentés repèrent dans leur village des filles et des garçons au seuil de l’adolescence avec des timbres de voix susceptibles d’être complémentaires, puis les placent dans des duos pour les former. Un couple chantant, ainsi réuni, se séparera rarement ; et pourtant, il est strictement défendu à ces jeunes gens de se marier. Les chansons abordent souvent d’ailleurs le thème douloureux de l’amour impossible.

Autrefois, dans une société où les valeurs confucéennes limitaient fortement tout contact entre les sexes en dehors de la famille, le quan ho représentait une soupape et un exutoire d’émotions difficilement exprimées ailleurs, le tout encadré par une approbation sociale et une structure extrêmement codifiée, laissant place toutefois à une improvisation hautement imagée.
Avec une telle entente de partenariat chaste, forte et flexible comme celle-là, si on apprenait également aux jeunes chanteurs à jouer au bridge (mieux adapté aux conditions du delta que le patinage artistique, nous le soutenons), le Vietnam pourrait rapidement devenir un pays champion du monde…

A voir: voyage au vietnam cambodge | circuit chez l’habitant vietnam | baie d’halong terrestre ninh binh | 3 semaines vietnam

PHÙ LÃNG
COMMENT Y ALLER ?
Prenez la sortie de Hà Nôi à l’est par Gia Lâm. Passez le carrefour Nguyën Van Cù/Nguyën Van Linh et tournez à droite vers l’autoroute (la route nationale 5) en direction de Hâi Phông. A environ 11 kilomètres, tournez à gauche pour prendre l’autoroute qui mène à la capitale provinciale de Bac Ninh. Au bout de 25 km à travers les rizières, prenez la sortie pour Bac Ninh, tournez à droite (la route nationale 18) en direction de Phô Mcfi, le chef-lieu du district de Que Vô – vous laissez le pont qui passe au-dessus de l’autoroute, à gauche. Arrivés à cette petite ville, comptez six kilomètres. Vous verrez une grande briqueterie sur votre gauche. Tournez à gauche et prenez une petite route surélevée qui passe à travers les rizières. Dans le fond, vous verrez les collines sur lesquelles sont nichés les villages de Phîi Lâng. Au bout d’un kilomètre, la route grimpe. Elle traverse le village de Hüu Bâng et serpente le long de la colline. Vous passez le village de Phùng Di, puis la route amorce un grand tournant vers la droite et contourne la colline. Vous commencez à voir des enseignes de potiers. Vous êtes bientôt arrivés ! Un kilomètre plus tard, vous arrivez à un carrefour en T. Si vous continuez tout droit, vous allez à Dông Sài, le village où s’est installé le célèbre céramiste Nhung. Si vous tournez à gauche, la route mène à Thü Công, le village d’origine du métier.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply