Voyage aux villages de métier au Vietnam 21

Nhung, un artisan qui monte
L’artisan-artiste de loin le plus connu s’appelle Vu Hüu Nhung, de son nom d’artiste, Nhung tout court. Ce jeune céramiste et peintre médiatique (il est né au village en 1975, tandis que le pays renaissait des cendres de la Guerre américaine) semble jouer sur du velours. Parti de très peu, mis à part ses origines avec les pieds solidement ancrés dans l ’argile, façonnée à la façon de Phù Lâng, il a aujourd’hui une société déclarée avec plus de 200 employés, il expose et exporte un peu partout dans le monde. On achète ses œuvres pour agrémenter des bureaux de conseil d’administration de grosses entreprises, des salles de consulat, des cheminées d’illustres invités d’Etat…

Quittant Phù Lâng pour étudier à l’université des Beaux Arts à Hà Nôi pendant cinq ans, (un parcours encore très peu emprunté par la grande majorité des jeunes des régions rurales) le futur artiste en céramique Nhung s’est bien imbibé des influences aussi bien classiques que contemporaines. Ensuite, au lieu de succomber définitivement (comme plusieurs de sa génération) au chant de sirène de la capitale, après un court mais précieux passage à Bât Tràng comme apprenti (chez les céramistes « modernes » de la banlieue hanoïenne), il est retourné dans son quê hiio’ng, la terre de ses aïeux. Il s’est installé à son propre compte, empruntant au besoin à sa famille, s’imposant comme artisan accompli et comme artiste original. Cette originalité, reliée au succès commercial, fait de lui un cas exemplaire – mais également une cible de choix : on imite beaucoup le travail des autres au Vietnam, et nombreux sont ceux qui essaient de « faire du Nhung », d’abord autour de lui à Phù Lâng, et de plus en plus à Bât Tràng, où la supercherie est encore plus difficile à dévoiler ou à dénoncer.

A voir: cambodge vietnam circuit | sejour chez l’habitant vietnam | excursion baie d halong terrestre | circuit nord vietnam 5 jours

Nhung n’est pourtant pas un homme à se laisser abattre : il a enregistré ses produits auprès du service de la Propriété intellectuelle (un organisme national qui a décidément du pain sur la planche). Il change et varie ses produits régulièrement, génère beaucoup de travail et d’activité économique pour la commune, attire des acheteurs et visiteurs étrangers au village, fait parler de Phù Lâng dans les médias, conduit des affaires avec des producteurs de Bât Titane.
O
Les pièces de Nhung se vendent à des prix élevés (surtout les vraies…) ; cependant, sa réputation internationale grandissante peut faire de l’achat de ses produits un investissement, en plus d’être de beaux objets à admirer et à exposer. On peut en trouver dans le village de Dông Sài, où le jeune Sieur Nhung s’est réfugié dans un très grand espace, à l’abri des regards des imitateurs (les céramiques sont en vente au salon d’exposition de sa société, Gôm Nhung/Công Ty Gôm Sao Bac/North Star Ceramics Company). Il y a du Nhung également disponible à Hà Nôi, dans des magasins sur les rues Nguyén Thâi Hoc et Tho Nhuôm, mais à moins d’être sûr de son coup, sans doute vaudrait-il mieux acheter directement à Phù Lâng. Nous déconseillons également l’achat de céramiques artistiques, parmi celles en vente à Bât Tràng (Itinéraire 2), qui ressemblent étrangement (et spécifiquement) à du Nhung (jusqu’aux prix élevés), mais qui sont vendues comme des œuvres originales d’illustres inconnus (en réalité, surtout d’anciens apprentis de Nhung qu’il a formés et qui se sont mis à leur compte ou qui travaillent au prix fort pour des entreprises de Bât Tràng). Nhung espère attirer des quantités progressivement plus importantes de visiteurs à son salon d’exposition (et accessoirement à Phù Lâng), en fléchant le parcours avec des tuiles en céramique à lui (bien cimentées, on imagine) et en proposant un espace café, des formations en poterie, etc.

En ce qui concerne les foyers produisant des poteries d’art, il y en a une vingtaine dans la commune, dont six ont monté des entreprises déclarées qui recueillent 40 % de la totalité des bénéfices réalisés par cette activité, mais ces chiffres sont sûrement destinés à évoluer rapidement, au vu du succès (artistique, certes, mais commercial surtout) remporté par certains.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply