Voyage aux villages de métier au Vietnam 23

Une promenade dans Phù Lâng
Une fois arrivés au carrefour en T, précédemment mentionné dans les indications pour atteindre cette commune difficile d’accès, nous vous conseillons d’aller directement chez M. Nhung. Donc, vous continuez tout droit et laissez la route qui traverse les rizières sur la gauche. Vous entrez dans le village de Dông Sài. Au bout de 400 m, tournez à droite, un panneau fléché indique la direction de l’atelier. Puis à gauche, et encore à droite. La ruelle monte. Comptez encore 400 m : un second panneau indique la direction de l’atelier tant attendu. Au fond de la rue où subsiste une grille : vous êtes arrivés. Ce jeune artisan très célèbre a l’habitude de recevoir des visiteurs. Donc n’hésitez pas à entrer. Si on vous conduit directement au magasin, vous pouvez demander à visiter d’abord l’atelier composé de nombreux bâtiments où plusieurs centaines de jeunes ouvriers et artisans (cela dépend des commandes du moment) exécutent toutes les étapes de production des céramiques : la préparation de la glaise rosâtre, le tournage des pots, le séchage, le dessin, l’enduit par différents produits des pièces, puis, enfin, la cuisson. On compte plusieurs fours à gaz dans ce lieu.

Dans le magasin, vous trouverez toutes sortes d’objets (pots, tableaux, jarres, assiettes, carreaux, petites statues…) pour des prix bien inférieurs à ceux de Hà Nôi.
La seconde étape que nous vous proposons est la visite de Thù Công, village au bord de l’eau (tous les villages de potiers sont localisés au bord des fleuves !) où se trouvent les fours à bois de l’ancienne coopérative.

Retournez au carrefour en T et tournez à droite. La route part tout droit au milieu des rizières puis tourne en angle droit (toujours au milieu des rizières). Au bout d’environ trois kilomètres vous débouchez sur le marché (localisé à gauche). Tournez à gauche et montez sur la route-digue. Vous surplombez les rizières très inondées sur la gauche et un grand plan d’eau sur la droite (reste d’un ancien méandre de la rivière Cau). Sur les abords de la route digue, des artisans ont élevé des remblais pour construire leur atelier, dont certains avec des fours « couchés » traditionnels, comme celui de M. Hùng Loan (n° 5 sur la carte p. 102). L’espace manque sérieusement dans ce village et les souvenirs des terribles inondations de 1971, qui ont détruit une partie du village et obligé les ateliers à migrer vers le village de Phân Trung, restent vivaces dans la mémoire des habitants. Vous croiserez le long de la route des « vertigineux empilements de bois : des gratte- ciel et des barres « xylotechniques », échafaudés contre le ciel et obstruant le paysage… », des empilements non moins chaotiques d’urnes funéraires en train d’attendre leurs acheteurs… Puis vous arrivez au village proprement dit : des maisons en brique charmantes au milieu d’un empilement désordonné de poteries de toutes sortes. Une ruelle tourne à droite vers l’embarcadère (n° 6 sur la carte). De là, on peut voir les lourdes barges chargées de sables, de glaise, de bois ou de poteries glisser doucement sur le fleuve.

Continuez la rue qui serpente dans ce village de terre et de briques. De part et d’autre, des enseignes « gôm mÿ tbuât » indiquent le nom des ateliers de potiers les plus divers : ceux qui fabriquent des objets artistiques ou qui s’improvisent « artistes ». Vous verrez aussi des ateliers spécialisés dans les urnes funéraires. Les cours sont envahies de moules et d’urnes qui sèchent (les jours de pluie, vous ne verrez pas grand-chose car ces artisans ne travaillent pas !). Au bout de quelques centaines de mètres, vous débouchez sur le quartier des fours à bois (sur la gauche). A droite se trouvent les ateliers de M. Ngoc (n° 7 sur la carte) et M. Cu’Ong (n° 10 sur la carte) (voir p. 100, présentation des artisans). En contrebas de la rue, des empilements de bois, véritables forteresses ceinturent le village.

A voir: circuit organisé vietnam cambodge | passer la nuit chez l’habitant au vietnam | voyage ninh binh | voyage vietnam du nord 5 jours

La dernière étape de cette promenade dans Phù Lâng, le village de Phân Trung, niché au flanc de la colline, à l’abri des inondations.
Retournez jusqu’au marché. Continuez tout droit sur la route-digue, en laissant sur la droite la route qui traverse les rizières par laquelle vous êtes venus. Au bout de 500 m environ, une pagode sur votre gauche. Tournez à droite. Vous passez devant les bureaux du Comité populaire de la commune, Uÿ Ba?i Xd. Encore 500 m à travers les rizières, et la rue monte : vous êtes arrivés à la dernière étape.
Tournez à droite et prenez le temps d’admirer ce très beau village qui surplombe la plaine, les ruelles bordées de murets fabriqués avec les ratées de cuissons (voir p. 97). Tout de suite, sur la droite, se trouve l’atelier de M. Thiéu (n° 1 sur la carte). Vous pouvez continuer tout droit et vous enfoncer dans les venelles à flanc de colline.

Pour quitter le village et retourner à la route nationale n° 18, nous vous proposons un autre chemin que celui par lequel vous êtes arrivés à Phù Lâng. Revenez sur vos pas, passez devant l’atelier de monsieur Thiêu et continuez tout droit en laissant sur votre gauche la route par laquelle vous êtes venus de Thù Công. Comptez environ 3 km à travers les rizières et les collines pour rattraper la route nationale n° 18. Là, vous tournerez à droite et au bout d’un peu moins de trois kilomètres vous passerez devant la route que vous avez empruntée à l’aller. Continuez jusqu’à l’autoroute. Passez au-dessus du pont de l’autoroute et vous entrez dans la capitale provinciale de Bac Ninh.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply