Voyage aux villages de métier au Vietnam 52

« Venez voir nos estampes vietnamiennes… »
Autrefois, les villageoises virginales de Dông Hô s’employaient à faire les sirènes des grands chemins auprès des voyageurs qui longeaient la digue ou qui naviguaient sur la rivière Duông :
Cher voyageur, nous vous prions de faire une halte
Admirer le paysage et mettre fin à votre tristesse.
Veuillez acheter nos estampes aux couleurs vives
Représentant des scènes chaleureuses de coqs et de cochons.
Les fabricants d’estampes n’ont peut-être plus le budget marketing qu’ils possédaient autrefois, et désormais c’est surtout les producteurs d’objets votifs qui tiennent le haut du pavé, mais l’invitation demeure valide : nous vous recommandons plus particulièrement les ateliers de M. Nguyên Dâng Chê et de M. Nguyên Hü’u Sam. Le premier iut pendant 30 ans professeur à l’université d’esthétique et est crédité d’avoir réhabilité le métier au village. Le deuxième hit président de l’ancienne coopérative des estampes de Dông Hô et possède une collection de 600 planches xylographiques (en bois) pour imprimer les estampes, dont certaines sont fort anciennes.
Avec un peu de chance donc, vous pouvez observer l’un ou l’autre de ces artisans en train d’effectuer les différentes étapes de la production des estampes : de nacrer les feuilles de do, d’encrer les feuilles enduites de dièp pour dessiner les contours des motifs traditionnels puis, de les colorier délicatement par à-plat à l’aide des cinq couleurs brutes (blanc, noir, bleu nacré, poudre d’or et d’argent).
En juillet 2008, à l’initiative de M. Nguyên Dâng Chê, un Centre d’échanges culturels sur les estampes de Dông Hô a été inauguré dans le village. Ce musée, appelons – le ainsi, comprend trois maisons de facture traditionnelle : dans la première sont exposées plus de 100 planches xylographiques en bois anciens représentant différentes séries d’images populaires et 170 modèles d’estampes ; dans la deuxième, on peut admirer les modèles d’estampes fabriquées par la famille de M. Nguyên Dâng Chê depuis une quinzaine d’années, de même que des images restaurées ; enfin, dans la dernière, vous pourrez acheter estampes, planches et papier do nacré, pour à votre tour, si le lieu vous a inspiré, vous adonner à cet art ancien… et quelque peu désuet !

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply