Voyage aux villages de métier au Vietnam 6

Comment gérer l’espace vital ?
Avcc une densité de population résidentielle bien supérieure à celle des vieux quartiers centraux de Hà Nôi (plus de 300 personnes à l’hectare ici), plus les ateliers de menuiserie et un besoin de stocker le bois (qui prend beaucoup de place) et les meubles à tous les stades de production, Dông Ky souffre vivement d’un manque d’espace qui continue de s’aggraver – et de la qualité de son environnement qui tend à se dégrader.
Les artisans de Dông Ky sont contraints à trouver des solutions, mais malheureusement, celles-ci engendrent souvent d’autres problèmes :
• Un site industriel (SI) a été créé à l’entrée du village pour augmenter l’espace de production, permettre de mécaniser les techniques, résoudre l’enclavement des entreprises à l’écart des routes et diminuer les problèmes environnementaux, notamment de santé publique (bruit, produits nocifs et promiscuité). Cependant, on n’y respecte peu ou pas la division spatiale (souvent familles et ouvriers sont logés là-bas et l’on maintient la production au centre du village), certains artisans ont formalisé leur statut uniquement pour faciliter leur accès au SI et seulement 30 % des demandeurs y ont acquis des parcelles de terrain… Par ailleurs, les paysans expropriés pour créer le SI revendiquent parfois ces terres et vont faire des réclamations à Hà Nôi.

• On a remblayé de façon informelle des mares et des canaux avec déchets et sacs de pierres pour gagner du terrain et ensuite pouvoir y construire dessus ou faire des aires d’entreposage. Mais cette pratique réduit l’efficacité de l’évacuation des eaux (qui sont largement polluées par des produits chimiques utilisés pour teindre et vernir les meubles) et augmente le risque d’inondation en période de mousson.
• Certains artisans achètent des parcelles de terre dans des villages limitrophes, souvent inondables, et les remblaient également. Cette pratique a les inconvénients de faire flamber le prix de l’immobilier tout autour de Dông Ky et, comme pour le cas précédent, de gêner l’évacuation des eaux.

A voir: sejour vietnam cambodge | loger chez l’habitant au vietnam | jardin aux oiseaux à ninh binh | Circuit Vietnam 10 jours

D’autres propriétaires à Dông Ky détruisent leur demeure villageoise ancienne (souvent belle, à nos yeux de touristes) afin d’y construire plusieurs maisons en ciment de style hanoïen (nettement moins belles, selon ces mêmes yeux). Vous avez sans doute déjà remarqué que ces maisons (les maisons en « bandes »), construites un peu selon le principe d’un château fort du Moyen Âge, avec un petit pont-levis (pour les motos), une herse en accordéon (contre les voleurs) et même parfois des douves (sous forme d égoûts ou de rizières), ont presque toutes la silhouette d’une boîte d’allumettes posée à la verticale (néanmoins créant ainsi de l’espace vital aux étages supérieurs). Par ailleurs, on a badigeonné la façade avec de la peinture pastel, voire fluorescente, tout en laissant « au naturel » les autres murs cimentés et aveugles : si l’on s’attend à ce que d’autres viennent construire leurs demeures du même format (ou même avec davantage d’étages), collées tout autour à seulement quelques centimètres de la sienne, à quoi bon aménager les autres flancs de la maison ?

Revenons à la gestion de l’espace… Toutes ces solutions de fortune et stratégies individuelles et incoordonnées des artisans plus fortunés n’apportent que des réponses partielles et imparfaites aux problèmes. L’absence de réel plan intégré d’aménagement du territoire est une source d’inquiétude croissante : en plus des dégâts environnementaux, la voirie inadaptée souffre d’encombrement et l’on risque surtout d’assister à des tensions entre villages et entre artisans et paysans expropriés, tensions qui à la longue pourraient également fragiliser la cohésion productive au sein du cluster.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply