Voyage aux villages de métier au Vietnam 79

« C ’est la demoiselle aux dents
laquées que je regrette… »
Pendant au moins trois millénaires au Vietnam (et ailleurs en Asie orientale), beaucoup d’hommes et de femmes se sont fait noircir les dents de façon irréversible. Cette pratique a toujours été plus répandue dans le nord et le centre du Vietnam et chez les ethnies montagnardes. En 1938, le chercheur français Pierre Huard estimait que 80 % des paysans dans le « Nord-Vietnam » avaient encore les dents « laquées ». Aujourd’hui, vous aurez du mal à réunir même une petite poignée d’hommes avec le sourire noir, et pratiquement plus de femmes de moins de 65 ans : cette esthétique a basculé en l’espace d’une génération.
Pourquoi laquait-on les dents ? La raison la plus simple et la plus subjective, c’est qu’on le trouvait beau, surtout chez les femmes, comme témoigne la citation d’une chanson populaire donnée en titre plus haut.
• Selon la croyance populaire, cela préservait les dents des caries, (possible, mais très contestable, surtout vu qu’il fallait décaper l’émail des dents afin de d’y appliquer la laque).
• Il y a des théories reliées au mâchage de bétel, pratique vaguement liée à celle du laquage des dents (à part au Japon) : la décoloration des dents effectuée par ce léger stimulant serait dissimulée par le laquage, ou bien le laquage rappellerait cette décoloration, signe de prestige social.
• Il fut un temps où il est possible que les Vietnamiens se laquaient les dents afin de se démarquer des Chinois.
Pourquoi ne laque-t-on plus les dents ? Peut-être parce qu’on ne le trouve plus beau ou que l’emprise parfois normative de la mondialisation rentre même dans la bouche des consommateurs. L’image traditionaliste et l’aspect irréversible du laquage des dents semblent rebuter les jeunes. Les dents ainsi traitées nécessitent tout un entretien : il faut remastiquer et réastiquer la laque tous les deux ou trois ans…
Contrairement à ce qu’on pourrait croire en France ou au Canada, on trouve bon nombre de dentistes vietnamiens exerçant dans leur pays, et avec le niveau de vie qui augmente, l’hygiène dentaire devient plus prioritaire : on sait désormais qu’il y a des produits utilisés pour le noircissement qui sont toxiques et que pour assurer une santé insolente à ses dents et ses gencives, rien ne vaut l’investissement d’une bonne brosse à dents.
S’agit-il vraiment de la laque ? Alors là, vous nous en posez une bonne : en réalité, il n’y a pas de manière unique de se noircir les dents : chaque région, chaque ethnie s’y prend à sa manière avec les moyens à sa disposition ; mais le principe d’application d’un vernis quelconque sur des dents préalablement décapées demeure identique.
Une petite anecdote (de source hélas perdue) : À l’époque de la colonisation française, un officier militaire vietnamien est invité à un dîner dansant. A la fin de la soirée, l’un de ses confrères français, l’œil brillant, lui demande :
– « Alors, mon vieux, comment trouvez-vous nos femmes françaises ? »
L’officier vietnamien incline la tête, esquisse un léger sourire et répond :
– « Elles sont très belles… Mais leurs dents sont aussi blanches que celles des chiennes ! »

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply